Méthod(e)s: African Review of Social Sciences Methodology Call for Papers: Colleagues, Assistants or Servants: the Epistemological Status of Fieldwork Assistants

Méthod(e)s: African Review of Social Sciences Methodology

Against a backdrop of the marginalization of ethnography, a direct and often anonymous collector of "facts", the writing of the history of social sciences in the field confers privilege on individuals and schools intervening at the end of the value chain of scientific work. One sees oneself as the solitary researcher, armed with the knowledge of the greats, collecting and deciphering facts from strange, unknown social systems. The "field", "where the facts grow" (Dachet 1985: 191) has long been a remote, subordinate experience from which only the criterion of truth and authenticity of the determined facts, will be applied. Frazer's remark, "The field, God forbid," successfully captures the lack of value attached to the humble work of the direct collection of facts. Few social science historians pay attention to the involvement of local stakeholders in scientific knowledge production. Certainly, observations on the conditions of field work are far from new (Srinis et al, 1979, Studies in Anthropology Methods 1960; Maget 1953). The current reflexive thinking underlines all the epistemological interest in the commitment of the researcher caught up in the complex realities of his "field", this test which now confers glory on the practitioner, but which unfortunately remains limited to the exploration of individual experiences. Indeed, the recent celebration of field work has almost obscured the central role of assistants and informants in shaping the knowledge that underpins the social identity of the main social science disciplines.

The importance attached to peer circles which form the validation space, even in controversy, tends to minimize or even negate the contribution of assistants and informants in the key phase of collecting in the field of information essential to theoretical formalizations. However, as L. Schumaker (2001) has masterfully shown in the case of the famous Manchester Anthropological School, the social environment of the Rhodes Livingstone Institute, in terms of the local flow of men and ideas, has greatly influenced the construction of anthropological knowledge. But it is not just a question of anthropology. This methodological interrogation should legitimately be extended to sociological inquiry or even beyond, because, on various scales, all social sciences disciplines resorting to the "field" are required to set their action within a historical context populated by various stakeholders. Likewise, geographical specializations are of little relevance, since from sociology, the science of Western societies, to anthropology, the science of non-Western societies, the involvement of subordinate, indigenous collaborators is a common practice. The very principle of studying of an unfamiliar place implies that the foreign researcher can find connivances, facilitators, collaborators or assistants acting as gateways to this strange world, often resistant to be scrutinized by people from elsewhere.

The action of this "collaborator", this "stranger from within" (Rabinow 1987), when it is effective, serves to reduce – without canceling – essential social differences (class, ethnicity, religion, language, sex), these subtle but resistant alterities that can radically interfere with scientific exploration of other realities. Whether this role is negated, along the "I do not work with informants" model, or assumed on the "lazy ethnology" (Christian Pelras) of "everyone is an informant" model in the field, we would like to draw attention to the contribution, often key but potentially positive or negative, of subordinate collaborators (indigenous or otherwise) in the production of the learned science of societies in this issue of Method(e)s. We could broaden the category of these "second fiddles" of scientific work to all of the junior "investigators " (including post-field processors) that come across in the process of producing social science knowledge.

Historiography views the role of these men and women encountered on the path of persistent exploration of these "fields", these foreign societies, as that of a simple assistance, an assistant human tool (often created by the researcher himself), responsible for facilitating or ensuring authenticity, or facilitating the collection of information on societies with which they have more familiarity than the foreign researcher does. Many are praised for their effectiveness in this important intermediary role. In some cases, genuinely strong links have been established between collaborator and researcher. Some field study reports mention the importance of their contributions without putting them on equal footing with the researcher. It is more common to portray these "collaborators" as passive peddlers of gnoseological knowledge, of the indigenous interior, destined for a more complex treatment by the allogeneic scientist who is alone capable of sorting, ordering and placing these fragments of local events into the historical context of the controversies of the discipline in question, to ensure a "rise in generality" in Western scholarly space. The objective of this issue of Method(e)s is to review the contribution of field assistants in the development of established scientific knowledge. We will explore the different aspects of this collaboration, more or less recognized, to see its heuristic functions in knowledge production in the social sciences. The goal is not to simply do justice to subordinate "workers" who have been unfairly overlooked in the history of knowledge production, but to seek to critically establish their epistemological status in order to recognize the forms of their contributions in the construction of theories, concepts and tools of investigation inscribed in the common heritage of contemporary social sciences. By following the course of the knowledge production process in the social sciences, we will then be able to identify the important moments during which heuristic interactions, the sources of scientific input, occur.

In this division of scientific work, the important phase of data collection has long been part of a paradox: it is considered the keystone of scientific production, the ultimate moment for exercising methodological rigor, but confers little scientific consideration on its main participants. However, this moment highlights the contradictions of the researcher’s job in the social sciences. In this "joint work", the researcher and the informant (often part of different social dynamics) are part of a tension in which a territory of investigation, a unit of observation and principles of selection of significant elements of the indigenous social world are constructed.

The critical feedback on this collaboration leads to the understanding of the premises, even the actual beginning, of a local social science never recognized as such, but which nonetheless remains obvious in the mirror of an exogenous scholarly demand. However, can such a "point of view" be labeled as "collective" or is it still a tentative development of a local huckster's individual success strategy? What relationship does it maintain with local knowledge production authorities? In approaching the phenomenon from its two main aspects – the anthropologist's original space and the informant's society –, the question of the scientific status of the informant paradoxically arises in a similar way: how does his double connivance grant him a true scholarly identity?

We believe it is important to understand the different ways in which these "intercessors" of the studied society establish their ethnographic "corpora". How do they collect their data? On what basis are they meant for the foreign researcher? In this field of knowledge production, do the foreign researcher and his local collaborator diverge or converge?

The issue of the value of this collaboration arises from the researcher’s standpoint. In addition to the important question of the relationship to the Other raised through this person, the "trade" in which the researcher enters into his research challenges the heuristic credit of the "field items" gathered under such conditions. Questioning the status of the "collaborator" can lead us to study the career paths of individual researchers or collaborators or that of schools or disciplines. We must answer an important question: Are these field research assistants colleagues, assistants, servants or "hidden masters"?

Finally, more generally, it is possible to follow the flow of knowledge from its collection by one or more informants up to their participation in a complex conceptual formulation. Each step takes on its own importance.

In this issue, we welcome work dealing with the various aspects of the phenomenon of indigenous assistance in field research. All of the sections of Méthod(e)s are excellent opportunities to highlight the types of expression of this important phenomenon in the history of social sciences.

  • The Thematic section hosts analytical articles dealing with this issue of hegemony by following the multiple dimensions that we have just described (70,000 characters, including spaces).
  • The Field Issues section will allow us to revisit or expound on a personal experience of interaction between a researcher and research assistants in a specific research space (50,000 characters, spaces included).
  • The Varia section is open to substantive texts offering an original point of view on the methodology and epistemology of the social sciences (40,000 characters, including spaces).
  • The Guest Papers section will discuss a classic text presenting an original proposal on the methodology and epistemology of the Global South. The central text will be discussed in short texts by colleagues from different geographical, political and intellectual backgrounds (40,000 characters, including spaces).
  • The Critical Note will feature one or two articles that examine one or more important works on method in relation to the theme of this issue. These critiques should highlight the importance of the issues raised in the work in question (40,000 characters, spaces included).
  • In the Review section, colleagues are invited to write critical commentaries on recent publications as part of ongoing debates (15,000 characters, including spaces).

En Francais

Collègues, auxiliaires ou serviteurs :
le statut épistémologique des assistants de recherche de terrain

Sur fond de marginalisation de l’ethnographie, collecteur direct et souvent anonyme des « faits », l’écriture de l’histoire des sciences sociales de terrain privilégie les individus et les écoles intervenant au bout de la chaîne de valorisation du travail scientifique. On s’imagine le chercheur solitaire, bardé du savoir des grands Anciens, collectant et déchiffrant des faits issus des systèmes sociaux étranges, inconnus. Le « terrain », « là où poussent les faits » (Dachet 1985 : 191) fut pendant longtemps une expérience lointaine, subalterne et de laquelle ne sera appliqué que le critère de vérité, d’authenticité des faits retenus. Le mot de Frazer, « Le terrain, Dieu m’en préserve », exprime bien cette dévalorisation de ce travail sans gloire de la collecte directe des faits. Rares sont les historiens de sciences sociales à se pencher sur l’intervention des acteurs locaux dans la production des savoirs scientifiques. Certes, les réflexions sur les conditions de l’enquête de terrain sont anciennes (Srinis et al. 1979; Studies in Anthropology Methods, 1960; Maget 1953) et le courant réflexif actuel souligne tout l’intérêt épistémologique de l’engagement du chercheur pris dans les réalités complexes de son « terrain », cette épreuve qui confère désormais la gloire au praticien, mais qui malheureusement reste limitée à l’exploration des expériences individuelles. En effet, la célébration récente du travail de terrain a quasiment occulté le rôle central des assistants et des informateurs dans l’élaboration des savoirs qui fondent l’identité sociale des principales disciplines des sciences sociales.

L’importance accordée aux cercles des pairs qui constituent l’espace de validation, même dans la controverse, tend à minimiser voire même nier la contribution des assistants et des informateurs dans une phase décisive, celle de la collecte sur le terrain des éléments indispensables aux formalisations théoriques. Or, ainsi que L. Schumaker (2001) l’a magistralement montré dans le cas de la célèbre école anthropologique dite de Manchester, l’environnement social de la Rhodes Livingstone Institut, en termes de circulation locale des hommes et des idées, a influencé grandement la construction des savoirs anthropologiques. Mais l’anthropologie n’est pas seule en cause ici. Cette interpellation méthodologique devrait légitimement être élargie à l’enquête sociologique voire au-delà, car, à des échelles diverses, toutes les disciplines des sciences sociales recourant au « terrain » sont tenues d’inscrire leur action dans un contexte historique peuplé d’acteurs divers. De même, les spécialisations géographiques sont peu pertinentes, car de la sociologie, science des sociétés occidentales, à l’anthropologie, science des sociétés non occidentales, l’implication de collaborateurs subalternes, indigènes est une pratique courante. Le principe même qui consiste à investir un lieu non familier suppose que le chercheur étranger puisse y trouver des connivences, des facilitateurs, des collaborateurs ou assistants agissant comme des passerelles vers ce monde insolite, souvent rétif aux regards scrutateurs de personnes venues d’ailleurs. L’action de ce « collaborateur », cet « étranger de l’intérieur » (Rabinow 1987), lorsqu’elle est efficace sert alors à réduire, sans les annuler, les indispensables différences sociales (classe, ethnie, religion, langue, sexe), ces altérités tenues qui peuvent obérer radicalement l’exploration scientifique de ces réalités autres. Que ce rôle soit nié sur le mode « je ne travaille pas avec des informateurs » ou assumé sur celui de « l’ethnologie paresseuse » (Christian Pelras) du « tout le monde est informateur » sur le terrain, nous voulons dans ce numéro attirer l’attention sur la contribution, souvent décisive mais pouvant être positive ou négative, des collaborateurs subalternes (indigènes ou pas) dans la production d’une science des sociétés. Il est possible d’élargir la catégorie de ces « secondes mains » du travail scientifique à tous les « faiseurs d’enquête » subalternes (y compris les traitements post-terrains) jalonnant le cours de la production des savoirs en sciences sociales.

L’historiographie retient le rôle de ces hommes et femmes rencontrés sur le chemin de l’exploration obstinée de ces « terrains », de ces sociétés étrangères comme celui d’une simple assistance, d’un outil humain auxiliaire (souvent fabriqué par le chercheur lui-même) chargé d’en assurer l’authenticité ou de faciliter la collecte des informations sur les sociétés avec lesquelles ils ont plus de familiarité que le chercheur étranger. Nombre d’entre eux sont célébrés pour leur efficacité dans ce rôle important d’intermédiaire et dans certains cas de réels liens forts ont été établis entre collaborateur et chercheur. Certains comptes-rendus d’enquête de terrain mentionnent l’importance de leurs contributions sans pour autant les ériger en égal du chercheur. Il est plus courant de dépeindre ces « collaborateurs » comme des colporteurs passifs de savoirs gnoséologiques, de l’intérieur indigène, destinés à un traitement sophistiqué par le savant allogène seul capable de trier, d’ordonner et de placer ces morceaux d’évènements locaux dans le contexte historique des controverses de la discipline d’appartenance, d’en assurer une « montée en généralité » dans l’espace savant occidental. Le présent numéro de Méthod(e)s a pour objectif de revenir sur la contribution des assistants de terrain dans l’élaboration des savoirs scientifiques constitués. Il s’agira d’explorer les différents aspects de cette collaboration, plus ou moins reconnus, afin d’y voir ses fonctions heuristiques dans la fabrication des connaissances en sciences sociales. En effet, il ne s’agit pas de simplement rendre justice à des « ouvriers » subalternes injustement méconnus de l’histoire de la production des connaissances, mais de chercher à établir, de manière critique, leurs statuts épistémologiques dans le but de reconnaître les modalités de leurs contributions dans la fabrication des théories, des concepts et des outils d’investigation inscrits dans le patrimoine commun des sciences sociales contemporaines. En suivant le cours du procès de production des savoirs en sciences sociales, nous serons alors en mesure d’identifier les moments importants pendant lesquels se réalisent des interactions heuristiques sources d’apports scientifiques.

Dans cette division du travail scientifique, la phase importante de collecte des données fut longtemps inscrite dans un paradoxe : tenue pour être la clé de voûte de la production scientifique, moment par excellence d’exercice de la rigueur méthodologique, elle ne confère que peu de considération scientifique à ses principaux acteurs. Or, ce moment manifeste les contradictions de l’exercice du métier de chercheur en sciences sociales. Dans ce « travail en commun », le chercheur et l’informateur (souvent inscrits dans des trajectoires sociales différentes) s’inscrivent dans une tension dans laquelle se construisent un territoire d’investigation, une unité d’observation et des principes de sélection des éléments signifiants du monde social indigène.

Ce retour critique vers cette collaboration conduit à percevoir les prémisses voire l’amorce réelle d’une science sociale locale jamais reconnue comme telle, mais qui n’en demeure pas moins manifeste au miroir d’une demande savante exogène. Cependant, un tel « point de vue » peut-il porter le qualificatif de « collectif » ou demeure-t-il une élaboration à tâtons d’une stratégie de succès individuel d’un bonimenteur local? Quel rapport entretient-il avec les instances locales de production de savoir? En abordant le phénomène sur ses deux versants principaux, celui de l’espace d’origine de l’anthropologue et celui de la société de l’informateur, la question du statut scientifique de l’informateur se pose paradoxalement de façon similaire : en quoi sa double connivence lui accorde-t-elle une identité savante réelle ?

Il nous paraît en effet important de comprendre les différentes façons dont ces « intercesseurs » de la société étudiée constituent leurs « corpus » ethnographiques. De quelle manière récoltent-ils leurs données ? Sur quelle base les destinent-ils au chercheur étranger ? Sur ce terrain de la production des savoirs, le chercheur étranger et son collaborateur local divergent-ils ou convergent-ils ?

Du côté du chercheur, l’intérêt de cette collaboration se pose. Outre le fait qu’à travers ce personnage se pose la question importante du rapport à l’Autre, le « négoce » dans lequel le chercheur engage sa recherche amène à poser le problème du crédit heuristique des « éléments de terrain » récoltés dans de telles conditions. Interroger le statut du « collaborateur » peut nous renvoyer à étudier la trajectoire de chercheurs ou de collaborateurs particuliers ou celle d’écoles ou de disciplines. Il nous faudrait répondre à une question importante : ces assistants de recherche sur le terrain sont-ils des collègues, des assistants, des serviteurs ou encore des « maîtres cachés » ?

Enfin, plus globalement, il est possible de suivre la circulation des connaissances depuis leur cueillette par un ou des informateurs jusqu’à leur participation à une élaboration conceptuelle sophistiquée. Chaque étape ici pouvant avoir une importance propre.

Dans ce numéro, nous souhaitons voir s’exprimer les différents aspects manifestant le phénomène de l’assistance indigène dans la recherche de terrain. En effet, toutes les rubriques de la revue Méthod(e)s sont d’excellentes occasions pour mettre en lumière les types d’expression de ce phénomène important de l’histoire des sciences sociales.

  • Le Dossier thématique accueille les articles analytiques traitant de cette question d'hégémonie en suivant les multiples dimensions que nous venons d’exposer (70,000 caractères, espaces inclus).
  • Les Questions de terrain permettront de revisiter ou d’exposer sur un espace de recherche précis une expérience propre d’interaction entre chercheur et assistants de recherche (50,000 caractères, espaces inclus).
  • La rubrique Varia reste ouverte aux textes de fond proposant un point de vue original en matière de méthodologie et d’épistémologie des sciences sociales (40,000 caractères, espaces inclus).
  • La rubrique Guest Papers mettra en débat un texte classique présentant une proposition originale en matière de méthodologie et d’épistémologie du Sud Global. Le texte central sera discuté dans de courts textes par des collègues issus d’horizons géographiques, politiques et intellectuels différents (40,000 caractères, espaces inclus).
  • La Note critique proposera un ou deux articles qui examinent un ou plusieurs travaux importants sur la méthode en relation au thème de ce numéro. Ces critiques devront mettre en évidence l’importance des questions soulevées dans l’ouvrage considéré (40,000 caractères, espaces inclus).
  • Dans la rubrique Compte-rendu, les collègues sont invités à écrire des commentaires critiques de publications récentes dans le cadre des débats en cours (15,000 caractères, espaces inclus).

How to Submit/Comment Soumettre

Correspondence should be sent to: contact.methodes@gmail.com

Les correspondances sont à adresser à: contact.methodes@gmail.com

Editorial information

  • Editor/Editeur: Lyn Schumaker, University of Manchester/Université de Manchester
  • Editor/Editeur: Jean-Bernard Ouédraogo, CNRS-EHESS